08/03/2011

Sisyphe

 

     Dans la mythologie grecque, Sisyphe, fils d’Éole et fondateur de Corinthe, a dénoncé Zeus qui avait enlevé une jeune vierge, fille d’Asope. Pour le punir, Zeus l’a condamné à pousser éternellement un rocher au sommet d’une montagne sans jamais y parvenir : à peine Sisyphe est-il arrivé près de son but que le rocher roule vers le bas, et tout est à recommencer...

    Sisyphe symbolise pour les uns et les unes la quête de liberté, pour d’autres, la fidélité à soi-même. En ce 8 mars, "Journée internationale de lutte pour les droits des femmes",  il symbolise la persévérance et le perpétuel recommencement des femmes dans leurs luttes contre le patriarcat qui limite leurs droits et leur existence depuis des millénaires. Il représente aussi l’espoir. Qui sait si Sisyphe, ainsi que les femmes, ne parviendra pas un jour à maintenir en haut de la montagne la pierre qui roule sans cesse l’obligeant - et obligeant les femmes - à recommencer leur ascension ? Ce sera alors un grand jour pour l’humanité.

 

15:00 Publié dans Brouillon de culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sisyphe, sac, sac à fouilles | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

07/03/2011

L'argot de margot

amygdales-argot.jpg

16:30 Publié dans Brouillon de culture, J'te cause | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : argot, amygdales, sac, sac à fouilles | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

04/03/2011

L'argot de margot

pégal-argot.jpg

16:30 Publié dans Brouillon de culture, J'te cause | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pégal, argot, sac, sac à fouilles | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

03/03/2011

L'argot de margot

roupane-argot.jpg

16:30 Publié dans Brouillon de culture, J'te cause | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Le saviez-vous ?

 

     Ce fils de Laïos et de Jocaste était presque mort quand il vint au jour. L'oracle de Delphes avait prédit qu'il tuerait son père et épouserait sa mère. Aussi le roi et la reine de Thèbes décidèrent-ils de l'abandonner sur le mont Cithéron, après lui avoir fait percer les chevilles, ce qui lui valut le nom d' Œdipe, "aux pieds gonflés". Sur la route qui le conduisait à Thèbes pour y répondre à l'énigme du Sphinx – "Qu'est-ce qui a quatre pattes le matin, deux à midi et trois le soir ?" - , il croisa un attelage ; une rixe éclate, il tue son père. Il épouse ensuite à son insu la reine du pays qui n'est autre que sa propre mère. La double prédiction s'est accomplie. Commence alors la machination infernale qui va réclamer des comptes à Œdipe pour toutes ses fautes. La peste s'abat sur la cité et Œdipe consulte. Le devin Tirésias préfère d'abord ne pas lui révéler la vérité, mais finit, lui, l'aveugle qui sait tout, par la dire au voyant, qui ne sait pas. Œdipe se crève alors les yeux pour ne plus voir la triste réalité en face et quitte, comme un malpropre - un pharmakos -, la cité de Thèbes, qu'il abandonne aux mains de ses deux fils, Étéocle et Polynice. On le retrouve à Colone où l'a conduit sa fille Antigone. En référence à cet amour incestueux entre Œdipe et sa mère, la doctrine freudienne parle d'un complexe d'Œdipe pour qualifier l'attachement amoureux d'un enfant au parent du sexe opposé.

Oedipe.jpg