26/12/2014

Paul Verlaine

000-a.jpg

Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches

Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.

 

08:05 Publié dans Tu mouilleras mon dernier caleçon. | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.